02 décembre 2009

# dimanche 8 novembre #

Sur la route de Touba, la ville sainte, à quelques kilomètres de la maison que nous venons de quitter, la galerie, trop chargée, cède sous le poids des bagages. Nous sommes arrêtés devant une épicerie, une horde d'enfants jouent avec Monique pendant que Djebel fait réparer la galerie chez un soudeur.

senegal1_096

senegal1_103

Ce matin, nous ne nous sommes pas réveillées à l'heure prévue et le petit déjeuner tardif qui a suivi avec toute la famille a considérablement retardé notre départ. Nous vivons au rythme du pays...

senegal2_036

Nous n'irons pas à la Mosquée de Touba. A vrai dire, nous ne sommes pas fâchées d'éviter ce lieu de culte où nous aurions dû porter jupe et foulard pour pouvoir entrer. Nous reprenons la route sous le soleil, achetant mandarines, petits pains et beignets sur le chemin. Femmes et enfants tendent leurs bras chargés de victuailles et la transaction se fait en quelques secondes, déjà la voiture redémarre. Nous nous arrêtons à Fatik déposer les bagages destinés aux îles du siné saloum que nous aborderons la semaine prochaine. Nous sommes à la centrale hydraulique où Djebel a travaillé. Le fils du responsable l'aide à descendre les bagages de la galerie. Il tient un exemplaire écorné en édition de poche du Germinal de Zola.

A Kaolack, nous nous arrêtons à l'alliance française. La jeune femme qui dirige l'association, Aurélie, est en poste depuis 9 mois. Elle se bat pour obtenir (et maintenir) des subventions, diriger le personnel local, lutter contre les dégâts liés à l'hivernage. Mais on sent en elle une énergie et une volonté à la hauteur des défis qu'elle s'est lancés. Elle a fait rénover le patio qui deviendra un lieu d'exposition et accueillera conteurs et enfants le mercredi sous une toiture neuve. Les pluies diluviennes pendant l'hivernage ont détruit tous les plafonds de ce bâtiment créé il y a une quinzaine d'année par un architecte français débordant d'imagination mais peu soucieux de l'écoulement massif des eaux de pluies à la mauvaise saison. C'est pourtant un endroit superbe, il a d'ailleurs reçu le prix Aga Khan de l'architecture.

senegal1_128

senegal1_136senegal1_137

senegal1_139

Le théâtre de verdure permet de faire venir des troupes, musiciens, comédiens etc...
Nous dégustons un coca en devisant sur l'invasion des chinois et les difficultés croissantes que rencontrent à tous les niveaux la population et les gens qui travaillent dans l'associatif. Conversation décousue, nous sommes écrasées par le soleil et les kilomètres déjà parcourus. Nous devions photographier les réalisations des enfants pendant les cours d'art plastique, le responsable n'étant pas là, nous reviendrons après notre périple en pays Bassari.

senegal2_043senegal2_044

senegal2_049

senegal1_143

Plus tard, nous faisons une halte à Birkelane où se tient le dimanche un grand marché. A cette période de l'année ce sont des troupeaux entiers de moutons qui transitent par ici en prévision de la tabaski. Les gens viennent de Dakar pour ramener, attaché à la galerie ou en charette, la bête qu'ils auront âprement négociée.

Karine et moi achetons une petite bassine et une bouilloire en plastique. Je connaissais ces objets pour en avoir vu chez des amis en France, je tenais absolument à en ramener du Sénégal, c'est chose faite ! Nous chargerons dans le 4x4 des pastèques, fruit de saison qui envahit au moins autant les marchés que les moutons !

senegal2_050

Nous campons ce soir à Kafferine, bourgade toute aussi peu éclairée que celles que nous avons traversées de nuit jusque là. Après un dîner frugal composé de vache qui rit, de pain, de concombre et de pastèque, nous allons faire un tour "en ville". Nous dénichons une cyber boutique et faisons quelques provisions de bouche en prévision de notre périple qui va nous conduire dans des endroits où nous ne trouverons pas grand-chose à manger.

Ce soir nous nous douchons pour de vrai ! chaque chambre est équipée d'une petite salle de bain. La plaisanterie du jour est la distribution des places dans les chambres : Monique dormira avec Karine et moi, Arlette et Régine dormiront avec le chauffeur. Petite précision, il n'y a qu'un seul (grand) lit par chambre...

Posté par angelots à 12:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur # dimanche 8 novembre #

Nouveau commentaire